Au Moyen age, la fermeture des portes était assurée par un loquet à l'intérieur de la pièce, un poucier à l'extérieur de la pièce actionnant ce loquet.


Ce dispositif est remplacé, aux environs du XV siècle par la serrure dite "à verrou à vertevelles" constituée par un Pène horizontal coulissant, actionné par deux ballotières plates à l'intérieur et à l'extérieur. Ce Pène horizontal est immobilisé par un Pène vertical fonctionnant à la clef de l'extérieur.
On trouve également de cette époque des serrures de coffres. Pour celles-ci on emploie de minces plaques de fer découpées à jours et appliquées sur un fond plat.

A l'intérieur de cette ornementation, on avait souvent glissé une feuille de cuir de couleur ou un drap rouge qui rehaussait la découpure. La pièce principale est le moraillon fixé après le couvercle du coffre. Ce moraillon, quand on rabattait le dessus du meuble , venait en tombant s'ajuster exactement dans la façade de la serrure.
Ornées de curieuses architectures, enrichies de rosaces, de colonettes, d'arches, de niches, abritant une foule de petits personnages, leurs étonnantes sculptures prises dans la masse, taillée au ciseau et au burin, ces serrures égalent en précieux et en fini les pièces d'orfèvrerie les plus achevées.


Illustration : Clé en fer (XIIème siècle). La pointe permet de dégager l'entrée de la serrure.